Enfin, un peu de repos ! Aujourd’hui, c’est congé et on va en profiter. C’est la fête du Mai. Ici, en Nouvelle-France, dans une année, il y a 85 jours où le travail est interdit. Il y a 52 dimanches et 33 fêtes obligatoires. Mais on ne fête pas toujours les jours de congé !

C’est parfois difficile de fêter, car les hommes sont loin de la maison à cause du commerce de fourrures. De plus, les maisons sont parfois si éloignées que c’est difficile d’aller chez les autres personnes. On s’amuse en passant nos soirées autour du feu, à écouter des histoires ou à chanter.

Certains jouent à des jeux comme les dames ou les dominos. Les jeunes aiment bien danser, accompagnés d’un violon. Cependant, il faut être chanceux parce que les musiciens sont rares dans la colonie. On organise des fêtes pour les mariages et les baptêmes. Les fêtes les plus importantes sont des fêtes religieuses comme Pâques et Noël.

Aujourd’hui, c’est la fête de la plantation du Mai. Nous allons tous au manoir du seigneur pour planter un conifère devant la maison. Nous avons enlevé l’écorce et les branches de l’arbre. Comme le veut la tradition, il faut d’abord demander la permission au seigneur avant de planter l’arbre. Ensuite, le seigneur est invité à noircir l’arbre, c’est-à-dire de tirer sur l’arbre avec un fusil. Après lui, tous les habitants qui ont un fusil tire aussi sur l’arbre. Plus on tire, plus le conifère est noir, plus c’est un beau compliment pour le seigneur.

Ensuite, tout le monde mange, boit et chante.

Auteur: Léon Robichaud

Voir aussi – Traces du passé:

 

Liens:  Les seigneurs et les censitaires

English