FAQ

Je voudrais réaliser un projet d’échanges linguistiques, mais je n’ai pas de partenaire de l’autre secteur linguistique. Pouvez-vous m’aider à trouver un partenaire?

Il incombe à l’enseignante ou à l’enseignant de faire les démarches nécessaires pour trouver un partenaire de l’autre secteur linguistique, afin d’élaborer conjointement un projet d’échanges et de présenter une demande de subvention dans le cadre du programme PÉLIQ-AN. Vous pouvez, par exemple, communiquer avec l’école de l’autre secteur linguistique le plus près, en parler à des collègues lors de vos formations ou communiquer avec votre conseiller pédagogique en langue seconde. L’enseignante ou l’enseignant qui, exceptionnellement, ne trouve pas de partenaire peut communiquer avec la coordonnatrice du programme.

Puis-je faire un échange avec une classe d’une autre province?

Le programme PÉLIQ-AN s’adresse au personnel enseignant du secteur des jeunes du Québec, et à leurs élèves. Il a entre autres pour but de favoriser la communication et de développer des liens entre les communautés anglophone et francophone du Québec.

À quoi ressemble un projet d’échanges linguistiques?

Il appartient aux coresponsables du projet d’échanges linguistiques de choisir le format d’échanges linguistiques qui convient le mieux à leurs classes. Nous avons mis à l’essai un format qui comportait plusieurs (deux et plus) rencontres en personne (dans l’une ou l’autre école) précédées et suivies d’échanges à distance (par lettres, courriels ou autres moyens technologiques), ainsi qu’un camp (deux jours et deux nuits) précédé et suivi d’échanges à distance. À ce sujet, vous pouvez consulter la section De la théorie à la pratique du site Internet (voir Constations et suggestions sur le déroulement des échanges). Il existe une foule de possibilités de projets, à la mesure de votre imagination, qui permettent de répondre aux objectifs du programme.

Quels sont les avantages d’un projet d’échanges linguistiques?

Le type de résultats qu’on peut attendre d’un projet d’échanges linguistiques est au niveau de l’ouverture à l’autre culture et l’autre langue. Selon nos observations, les élèves réalisent bien sûr certains apprentissages linguistiques, auxquels se greffent d’énormes progrès sur les plans de l’ouverture à la langue seconde et de la diversité culturelle. Ils voient davantage la pertinence d’apprendre la langue seconde. Beaucoup d’entre eux restent en contact avec les élèves de l’autre groupe après le projet.

Mon programme est déjà très chargé. Comment pourrais-je y insérer un projet d’échanges linguistiques?

Comme il est mentionné dans la section De la théorie à la pratique du site Internet (voir Liens avec le Programme de formation de l’école québécoise), un projet d’échanges linguistiques s’insère très bien dans le Programme de formation de l’école québécoise. Il permet de réaliser des activités qui contribuent à développer des compétences disciplinaires en langue et des compétences transversales. Par exemple, vous pouvez facilement intégrer à votre planification à court et à long terme la situation d’apprentissage et d’évaluation ainsi que les activités mises à votre disposition dans la section Ressources pédagogiques du site Internet. Vous trouverez également dans cette section une grille d’évaluation qui vous permettra de consigner vos observations. Un projet d’échanges linguistique favorise la pratique de la langue seconde dans un contexte de vie courante à la fois stimulant pour les élèves et les enseignants.

Que faire si les deux groupes ont des compétences inégales en langue seconde?

Comme il est expliqué dans la section De la théorie à la pratique du site Internet (voir Constatations et suggestions sur l’utilisation des langues), les deux enseignants doivent réfléchir au niveau de compétence dans la langue seconde de leurs élèves et en discuter entre eux au moment d’organiser les échanges. Plusieurs stratégies sont à leur disposition pour faire en sorte que tous les élèves, quelles que soient leurs compétences dans la langue seconde, apprennent et se sentent valorisés.

Quelle est la date limite pour présenter une demande de subvention?

Votre formulaire doit parvenir à la coordonnatrice du programme, au Secteur des services aux anglophones, aux autochtones et à la diversité culturelle et aux relations extérieures (SSAADCRE) au plus tard à la mi-octobre. La date exacte figure sur le Formulaire de demande de subvention. Les projets qui parviennent à la coordonnatrice du programme après la date limite ne seront étudiés que s’il reste des fonds au budget du programme une fois les projets reçus à temps approuvés.

Quand recevrons-nous la réponse à notre demande de subvention?

Votre demande de subvention sera étudiée par un comité d’évaluation qui rendra sa décision à la fin octobre. La coordonnatrice du programme enverra ensuite une lettre pour signifier l’approbation ou le refus de la demande aux deux commissions scolaires – ou aux deux établissements d’enseignement privés – avec copie conforme à votre école. Il se peut que l’approbation du projet soit conditionnelle à l’apport de certaines modifications. Vous devrez soit accepter, soit refuser ces modifications et en aviser la coordonnatrice.

Quels sont les coûts couverts par la subvention?

La subvention vise à aider à la réalisation du projet et elle couvre plusieurs coûts, entre autres : suppléance, matériel périssable, transport et hébergement. La partie III du Formulaire de demande de subvention contient des explications détaillées pour vous aider à dresser le budget de votre projet et un tableau budgétaire à remplir en fonction des coûts qui sont couverts.

Quand recevrons-nous la subvention?

Le MEES envoie la subvention en deux versements, aux commissions scolaires ou à la direction des établissements d’enseignement privés. Le premier versement – soit un montant égal à la moitié du coût total prévu du projet – est envoyé un mois après l’acceptation du projet. Le deuxième versement – soit un montant égal au coût réel du projet après déduction du montant du premier versement – est envoyé au terme du projet, après réception, examen et validation du Rapport de fin de projet.